Mehdi, un nouveau viking

(Cet article est paru dans les DNA du 23/12/2014)

En application des rythmes scolaires, les enfants découvrent de nouvelles activités sportives ou culturelles. Notamment, comme à l’école Galilée de , le jeu d’échecs.

Mehdi (à gauche) joue pour attaquer et gagner. PHOTO DNA P.M.

Mehdi (à gauche) joue pour attaquer et gagner. PHOTO DNA P.M.

Le voici, le nouveau viking des Échecs. Mehdi, cinq ans, pille tout sur l’échiquier. En plus, son jeu ne manquerait pas de surprendre Magnus Carlsen lui-même. Jamais, en effet, le champion du monde n’a vu joueur aussi offensif.

De son sourire rieur, où seules manquent quelques dents, Mehdi pousse vaillamment ses pions, lance ses Fous, éperonne ses Cavaliers. Il sabre, charge, pourfend, « mange » toutes les pièces sur son chemin. « Pourquoi ? Pour gagner ! »

« Pour battre mon papa »

À l’école Galilée, deux mois durant, une heure par semaine, , président du club d’Échecs des 3 Pays, initie un groupe de 12 enfants aux Échecs : « L’apprentissage est ludique, car l’enfant aime jouer avant tout. Le déplacement de pièces et les règles fondamentales sont introduits peu à peu. »

Âgés de 5 à 7 ans, les enfants sont très actifs. Ils jouent, remettent les pièces en place à l’issue des parties, guettent la médaille qui les récompensera. Clara apprend « pour battre mon papa ». Lyma, « pour faire travailler mon cerveau ». Fiona, Fazo, Océane, la plupart, « parce que j’aime jouer ».

Ateliers dans quatre

Jean-Paul Griggio avait animé un premier atelier, en septembre et octobre, à l’école Widemann : « Avec des élèves plus grands. Des CM2. C’était plus dur », sourit-il. Dès janvier, il sera à l’école de Bourgfelden, « où des CM1 et CM2 m’attendent. » Pour le mois de juin, il envisage d’organiser « un grand tournoi regroupant les enfants des quatre écoles. »

Le jeu d’échecs a poussé la porte des écoles depuis une bonne vingtaine d’années. « Ce jeu est particulièrement reconnu pour ses vertus éducatives et formatrices, en plus de son aspect ludique », souligne encore Jean-Paul Griggio.

« Il apporte grandement à la construction de la personnalité et au développement de certaines formes d’intelligence, telles l’attention, la mémoire, la logique, les capacités d’analyse notamment. »

DNA bandeau

Articles liés :