Le coup du berger ne fonctionne plus

(Cet article est paru dans les DNA du 06/03/2015)

Sélestat, 22ème open international : Joueurs internationaux et nationaux s’opposent durant quatre jours à la salle Sainte-Barbe de Sélestat autour du plus noble, du plus démocratique mais aussi du plus psychologique des sports ; les échecs.

Vous avez dit intergénérationnel ? PHOTOs DNA – franck delhomme

Vous avez dit intergénérationnel ? PHOTO DNA – Franck Delhomme

Les touristes qui, l’hiver dernier, ont découvert les festivités de Noël dans la salle Sainte-Barbe de Sélestat ne reconnaîtraient pas le lieu durant ce long week-end, si d’aventure leurs pas les conduisaient vers l’édifice. La salle, à tous les étages, est transformée en stade échiquéen. Durant quatre jours, 186 joueurs vont s’affronter dans trois tournois. Le “A” où se rencontrent les meilleurs joueurs et professionnels, Grands Maîtres et Maîtres, le “B” qui accueille les joueurs de club et le “C” réservé aux débutants. Chaque joueur inscrit au tournoi va disputer 7 parties suivant le système suisse d’appariement. Les joueurs qui gagnent reçoivent un point, ceux qui font match nul comptabilisent 1/2 point et les perdants ont 0 point. Qu’ils gagnent, perdent ou fassent match nul, tous les joueurs poursuivent le tournoi. Au tour suivant, les gagnants seront opposés aux gagnants, les perdants aux perdants et ainsi de suite.

Le classement international et national se rapproche beaucoup du classement ATP des joueurs de tennis. Le champion du monde en titre, Magnus Carlsen, joueur Norvégien était en 2014 avec 2881 points, le N°1 mondial, Grand Maître International à 24 ans…

186 joueurs s’affrontent jusqu’à dimanche, salle Sainte-Barbe. PHOTO DNA - franck delhomme

186 joueurs s’affrontent jusqu’à dimanche, salle Sainte-Barbe. PHOTO DNA – Franck Delhomme

Statistiques et logiciels
« Bien sûr, les échecs sont un sport. Il faut une préparation physique et psychologique à toute épreuve. Bon nombre de Grands Maîtres travaillent 6 à 7 heures par jour la préparation des parties, s’appuyant aujourd’hui sur des données, des statistiques de jeux des adversaires et des logiciels informatiques de pointes. A ma connaissance, il y a peu de joueurs non professionnels à ce niveau-là. Le coup du berger, qui permettait de faire Mat en trois coups, est devenu obsolète. L’Alsace est une des deux régions de France les mieux cotées en formation et écoles d’échecs. Sur ce tournoi, nous avons trois joueurs de l’équipe de France, Quentin Burri et Cécile Haussennot du club Mulhouse-Philidor et Julie Fischer de Bischwiller. Ils ont entre 12 et 18 ans », explique Rachid Heddache, ancien président du club de Sélestat, arbitre principal du tournoi.

Les échecs sont sans aucun doute le jeu et le sport le plus cosmopolite, démocratique et social. On peut commencer très jeune et y jouer longtemps. La plus jeune joueuse de l’open tournoi de Sélestat, Olga Lefebvre, a 6 ans. Son objectif est de tenir au moins 40 minutes par partie, et d’en gagner une. Le plus âgé, Pierre Blum, a lui 87 ans, et son objectif est de participer encore et encore…

Open International de Sélestat, salle Sainte-Barbe – Entrée libre – Discrétion obligatoire – Jusqu’à dimanche 16 h.

DNA bandeau

Articles liés :