Ils ne pensent qu’à ça

(Cet article est paru dans les DNA du 24/05/2015)

Une saison échiquéenne est longue et dense, surtout pour le cercle Philidor, engagé dans quasi toutes les compétitions qui existent de la départementale au top niveau, de la coupe des amateurs (-1700 Elo) à la coupe de la parité en passant par la coupe de France.

2015 une année providentielle pour Philidor en Top Jeunes ? Photo VR

2015 une année providentielle pour Philidor en ? Photo VR

Et le club mulhousien ne fait pas de la figuration loin de là. Dimanche passé, c’est un petit exploit qu’a réalisé le quatuor composé d’Andreï Sokolov, Vincent Veys, Jean Noël et Vincent Riff en s’imposant face à Grenoble pourtant composé de quatre maîtres. Veys sortit le grand jeu dominant un MI à 2450 points Elo, propulsant ainsi le club mulhousien dans le dernier carré qui se jouera en même temps que le Top 12 féminin, à Lyon, fin juin. Et pourtant, même si ces deux compétitions revêtent un intérêt majeur pour Philidor, l’encadrement ne pense qu’à une seule chose depuis plusieurs semaines : ajouter une 6e étoile au palmarès du Top Jeunes avec un troisième titre consécutif.

En déplacement à Dieppe depuis ce samedi, les jeunes pousses mulhousiennes vont devoir batailler dur. Au programme les parisiens de Lutèce, les banlieusards de Bois Colombes et Créteil et bien entendu le rival historique Cannes dont tout le club s’arrêtera également de respirer durant trois jours.

Cannes, à l’instar du Philidor est un club qui vit pour son école d’échecs et ces interclubs sont la plus belle vitrine qui soit. Composée de huit joueurs de 10 à 16 ans, chaque équipe s’affronte à travers deux échiquiers dans chaque catégorie d’âge. Chaque année il faut donc renouveler la formation par les deux bouts en composant avec les minimes atteints par la limite d’âge et les entrants poussins.

«Le plus dur»

Le coach Jean Noël Riff analyse : « Ce déplacement à Dieppe sera certainement le plus dur de ces trois dernières années. En 2013 nous étions légèrement outsider mais objectivement supérieurs à Cannes. En 2014, sans être fantastique, nous avons contrôlé la première phase et maîtrisé la poule finale glanant ainsi un second titre d’affilée mérité. Ce week-end la poule A était trop faible et sans manquer de respect à nos adversaires, aucun match ne fut accroché. Nous partons donc avec des certitudes mais aussi des inconnus dans les petites catégories. » Vincent Riff ajoutera que psychologiquement il est plus difficile de remotiver après deux années de victoire mais c’est tout là l’essence même de leur métier : transcender leurs poulains !

Lien pour suivre la phase finale du Top jeunes : http://dieppe2015.ffechecs.org/

DNA bandeau

Articles liés :